www.takeapen.org 30/04/2017 13:45:54
  Cherche
Click to send this page to a colleague_send_to_a_friend_FR
Click to print this page_print_page_FR

Les combats à Gaza – Points de vue de l'Israël 2009-01-04

 

(1) Pourquoi Israël a-t-il lancé une opération militaire dans la bande de Gaza ?

Au cours des huit dernières années, Israël n'a obtenu en réponse à ses efforts engagés pour promouvoir la paix que des séries d'attentats meurtriers perpétrés par le Hamas et par les autres organisations terroristes. Aspirant à l'établissement de relations pacifiques de bon voisinage avec le peuple palestinien, l'Etat d'Israël n'a cessé de s'investir pour parvenir à la paix. Ainsi, en août 2005, toutes les localités juives de la bande de Gaza ont été unilatéralement évacuées sans rien demander en échange au leadership palestinien, dans l'espoir que cette initiative servirait la paix. Depuis, le Hamas a investi toutes ses énergies et toutes ses ressources financières pour attaquer Israël plutôt que de développer la bande de Gaza et améliorer les conditions de vie de ses habitants. Plus encore : le Hamas a combattu et éliminé par la force et le terrorisme les partisans de l'Autorité palestinienne présents et agissants à Gaza. Bien que le Hamas ait déclaré haut et fort avoir pour objectif la destruction de l'Etat d'Israël, nous restions persuadés que l'établissement de la paix serait dans l'intérêt du peuple palestinien, d'Israël et de toute la région, et nous avons proclamé à maintes reprises que nous souhaitions pour le moins une accalmie.

 

Dernièrement, le Hamas a violé la trêve conclue par Israël avec cette organisation, lançant des tirs massifs de roquettes et de mortiers en direction des populations civiles du sud d'Israël, contre des immeubles d'habitation, des écoles, des jardins d'enfants, des centres commerciaux, en somme contre des civils israéliens partout où ils se trouvent. Israël a fait preuve d'une grande retenue et s'est contenté à plusieurs reprises d'exiger des Palestiniens le respect de la trêve. Ce fut également le cas de l'Egypte qui a multiplié ses médiations et exercé des pressions sur le Hamas.   L'exemple de l'Egypte a été suivi par d'autres éléments qui ont recommandé la suspension des tirs, mais les dirigeants du Hamas se sont prononcés avec arrogance pour la fin de la trêve, et l'intensification des tirs de projectiles contre Israël, parvenant à une occasion à un record de 80 roquettes tombées en une journée en territoire israélien. Le Hamas n'ayant obtempéré à aucun des appels de la communauté internationale, ayant passé outre à la résolution 1850 du Conseil de sécurité préconisant la cessation des activités terroristes et la reconnaissance d'Israël, nous n'avions plus que le choix de mettre un terme aux tirs intensifs, et de faire savoir au Hamas que la patience d'Israël a des limites. 

 

 

(2) Quels sont les objectifs d'Israël ?

L'objectif de l'opération en cours est d'améliorer de façon conséquente la sécurité des centaines de milliers de civils israéliens vivant dans la zone méridionale d'Israël. Ces civils ont vécu pendant huit années consécutives sous la menace des tirs de roquettes et de mortiers. Les tirs sans discrimination en provenance de la bande de Gaza - plus de 12 000 roquettes ont frappé le territoire israélien au cours des sept dernières années - ont rendu intolérable la vie des habitants.  Aucun pays au monde n'accepterait que ses civils soient la cible de tirs incessants. C'est pourquoi l'objectif de l'opération militaire actuelle est de restituer la sécurité de nos citoyens et de leur garantir la poursuite d'une vie normale. Une situation sécuritaire dont profiteraient les civils de la bande de Gaza qui pâtissent également d'hostilités et d'attentats terroristes qui se retournent fréquemment contre eux.

 

(3) Quand Israël mettra-t-il fin à cette opération ?

Nous avons engagé des hostilités contre le Hamas à Gaza parce que nous n'avons d'autre choix que de défendre nos civils face aux menées terroristes du Hamas qui ne souhaite pas la paix et ne tient aucun compte des intérêts du peuple palestinien, continue à lancer des missiles contre des civils israéliens et à préconiser la destruction de l'Etat d'Israël. Aucun pays au monde n'accepterait que ses citoyens passent huit ans de leur vie dans des abris, la chose est insupportable. Le jour où la sécurité de nos citoyens sera garantie, où les enfants israéliens pourront vivre et s'ébattre comme tous les enfants du monde, sans redouter la chute d'une roquette sur leur tête au jardin ou au parc, nous mettrons fin à cette opération.           

 

(4) Atteinte à des civils innocents

La perte de tout civil innocent est douloureuse, nous le savons et c'est pourquoi nos forces de défense s'efforcent d'éviter le plus possible de faire des victimes parmi les populations civiles. Le Hamas de son côté cherche à tuer des enfants, tire sur des jardins d'enfants et des écoles, sur des civils, conformément à son idéologie extrémiste. Nous chérissons des valeurs différentes, nous n'attaquons que des cibles militaires, des édifices dont le Hamas se sert pour mener ses combats. Il arrive fréquemment que nous renoncions à bombarder un bâtiment parce que nous savons que des civils l'occupent et que nous risquons de faire des victimes innocentes. Pour éviter ce genre de situation, l'armée israélienne prévient par téléphone les habitants des édifices voisins de l'imminence du bombardement du bâtiment contigu au leur pour leur permettre de s'échapper rapidement. Le malheur - pour les Palestiniens de la bande de Gaza - vient de ce que les effectifs du Hamas se dissimulent, camouflent et entreposent leurs armes dans des logements civils. Le Hamas ne se soucie pas du sort des habitants de Gaza. Ainsi, vendredi dernier (26 décembre), veille du déclenchement de l'opération "Plomb fondu" deux fillettes palestiniennes de Beit Lahiya ont succombé à des tirs du Hamas. Que lui  importe le sort de ses civils, quand le Hamas se sert cyniquement d'eux comme boucliers humains ?

 

(5) que va-t-il se passer ensuite ?

Ceux qui aspirent à la paix dans cette région et qui croient en la vision de deux Etats pour deux peuples doivent comprendre que nous sommes contraints de combattre le terrorisme et le fanatisme. Pour les Palestiniens, la seule façon de mener une vie normale dans leur pays est de renoncer à suivre la voie du Hamas et d'entrer dans celle du dialogue et de la coexistence. Israël aspire à la paix et doit pour y parvenir contrevenir aux menées du Hamas. Nous aspirons à un avenir meilleur dans cette région et agissons par voie diplomatique pour y parvenir. Nos pourparlers avec l'Autorité palestinienne, tenus conformément aux recommandations de la Conférence d'Annapolis, sont le meilleur moyen d'y parvenir. Le Hamas ne souhaite pas la paix, réagit systématiquement par des massacres à toute tentative d'apaisement, nourrit une vision de lutte perpétuelle. Il porte atteinte à la fois à des Israéliens et aux Palestiniens qui ne partagent pas son idéologie, et s'emploie à ébranler la stabilité de pays modérés. La paix avec Israël et dans la région n'est possible qu'à travers le dialogue. Mais pour engager ce dialogue, il faut lutter obstinément contre tous les éléments qui emploient la violence et le sang pour l'éviter.



Copyright © 2001-2010 TAKE-A-PEN. All Rights Reserved. Created by Catom web design | SEO